Algérie : PRESSIONS ET POURSUITES CONTRE LES CADRES HONNÊTES !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

NOTRE ALERTE !

Les Algériens vivent une déliquescence dangereuse et alarmante de la justice. Une pression est exercée sur de nombreuses personnes de non-moindre statut social, pour dire judicieusement des personnalités, afin de les faire taire. Une répression volontaire des élites, encore plus cynique et cruelle que celle des criminels intégristes qui massacraient bien nombreux cadres.

Voilà une autre persécution, du genre humiliant, que subit subit le Professeur Abdelhameid Aberkane. Consulter ICI-

L’affaire Rebrab.

L’arrogance de Chekib Khelil.

Et encore une autre, à laquelle nous lançons l’alerte pour la remonter dans la société algérienne, comme des réprimandes qui ont trait à la justice et sa détérioration. Le communiqué, ci-parès, de la LADDH cite l’avocat Ahmine Noureddine, comme nouvelle victime des sbires qui tiennent un casting autour d’un président aphasique et usurpant une succession de 4 mandats.

Maître Noureddine Ahmine, avocat à Laghouat, a été entendu le 6 mai, par le conseil de discipline du Barreau de Médéa dont il relève. En même temps, il est instruit de “l’Information judiciaire” contre lui, intentée par le parquet de Ghardaïa. Sa comparution devant l’instance disciplinaire est due à une plainte déposée par un de ses clients, dans une affaire datant de 2012. “Quand un défenseur des droits de l’homme dérange, cela veut dire que nous sommes sur la bonne voie”, a déclaré Me Ahmine sur le journal algérien “Liberté”.

Communiqué de la “LADDH” - 13/03/2016 :

PRESSIONS ET POURSUITES CONTRE LES DÉFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME.

La LADDH (Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme) enregistre avec inquiétude les différentes entraves, pression de toute nature, poursuites, condamnation et emprisonnement à l’encontre des défenseurs des droits de l’homme notamment des chômeurs du comité national de défense des droits des chômeurs (CNDC) à Tamanrassset, Bouira, Laghouat et Ourgla pour avoir exercé leurs droits fondamentaux de manifestation et d’expression pacifique.

Le secrétaire général de la LADDH Mr Abdelmoumene Khelil à été condamné pour diffamation sur la base d’une plainte sans fondement.

L’avocat et militant des droits de l’homme, Maitre Ahmine Noureddine fait l’objet de poursuites pénales alors que les faits qui lui sont reprochés sont directement liés a l’exercice de sa mission d’avocat.

Faut il rappeler les principes constitutionnels, les différentes conventions internationales relatives aux droits de l’homme ratifiés par notre pays, au dispositif onusien sur la protection des défenseurs des droits de l’homme ainsi qu’a la protection constitutionnelle de l’avocat et son immunité à l’occasion de l’exercice de sa profession.

La LADDH se solidarise avec tous les défenseurs des droits de l’homme et des plus vulnérables de notre société et rappelle aux autorités de s’en tenir au respect des textes précités et de cesser de faire obstacle à l’exercice pacifique des libertés.

Alger le 21 Mars 2016
Maître Noureddine Benissad
Président de la LADDH

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.